Auditeurs de France Culture
L’agenda > Entrevue du 12.09.2017 avec M. Bruno Denaes, médiateur de Radio France.
4 octobre 2017

Entrevue du 12.09.2017 avec M. Bruno Denaes, médiateur de Radio France.

Compte rendu de l’entrevue avec M. Bruno Denaes, médiateur de Radio France et son équipe, par Alain Guignard.

Suite à l’affaire « JL Bourlanges - Ph. Meyer », nous avons souhaité avoir une entrevue avec le médiateur. Sandrine Treiner nous avait d’ailleurs encouragés en ce sens.
Après quelques échanges, nous avons obtenu un rendez-vous.
L’entrevue s’est déroulée le mardi 12 septembre 2017, de 09h30 à 11h30, dans une salle de réunion de Radio France.
Présents : Hubert Lienart, Jacqueline Smouts, Alain Guignard, (Mounira Oudina a eu un imprévu de dernière minute qui l’a empêché de nous accompagner).
Nous avons été reçus par l’équipe du médiateur composée de 3 personnes (seulement !) : Bruno Denaes, médiateur, Catherine Cadic, animation de la communauté des auditeurs, Juliette Fayollet, étudiante en alternance depuis 2 ans.
L’entrevue s’est déroulée dans un climat de confiance réciproque, d’échanges francs, sympathiques et ouverts.

Hubert a rappelé brièvement l’histoire de l’association. J’ai indiqué les objectifs de l’association : développer un climat de confiance constructif entre France Culture (FC) et l’AAFC, et le motif de notre venue : comprendre le rôle du médiateur, suite à « l’affaire « JL Bourlanges - Ph. Meyer », notamment.

Je relate les principaux éléments que nous avons retenus de cette discussion.

Rôles du médiateur : améliorer la qualité de l’antenne, établir le relai entre les auditeurs et la production, dans un contexte de transparence et d’honnêteté intellectuelle. Il travaille pour le groupe Radio France (RF) : France Inter, France Culture France Musique, France Bleu, France Info, Fip, Mouv.
Cela suppose une écoute attentive des réclamations ou signalements, sans parti pris.
Etude et synthèse en sont faites, suivies, si nécessaire, d’une communication aux responsables, producteurs, journalistes, direction, intervenants divers. La part des choses doit alors être établie, « qui à tort, qui a raison », éviter les erreurs, appel à la vigilance, recherche de l’équilibre des opinions…
Des rendez-vous réguliers et fréquents sont organisés avec les directeurs d’antenne, les responsables de rédaction, etc.
Le contexte réglementaire (CSA) impose un cahier des charges sérieux : respect des temps de paroles des expressions politiques, éviter des propos discriminatoires (même parfois naïvement anodins), etc.
Le respect des droits d’auteurs peut également influencer l’expression des réponses.
Actuellement, le site reçoit environ 3 000 messages chaque mois (chiffre en progression).
Le médiateur lit tout ! Tout est relayé. Mathieu Gallet a placé les auditeurs au cœur de Radio France. Sandrine Treiner lit tout ce qui la concerne. L’action du médiateur se situe donc habituellement dans la « lenteur », c’est à dire, en décalage temporel, lié aux délais de la lecture, de la réflexion. Le médiateur n’est pas responsable de la grille de diffusion. Et il n’est pas prévu que les auditeurs soient explicitement consultés sur le choix des grilles. Il n’en demeure pas moins que les avis exprimés sont tout de même susceptibles d’être retenus. Et forcément, il y a toujours des auditeurs contents et des auditeurs mécontents, question de goût, ce qui échappe à tous commentaires !
Le service du marketing de RF entretien des relations avec celui du médiateur. Généralement, les résultats des enquêtes conduites coïncident avec les avis du médiateur.
Les producteurs ne peuvent pas matériellement répondre à tous les messages de leurs auditeurs, a fortiori si ce sont des courriers méprisants. Ce n’est pas de leur ressort.

Accessoirement, le site ou les pages « Auditeurs de France Culture » n’existent plus. Les courriers doivent être tous adressés directement sur le site du médiateur *. En qualité d’association d’auditeurs, nous constituons un interlocuteur privilégié. Nos adhérents peuvent écrire directement, en leur nom propre, indépendamment de l’AAFC, ou bien passer par le bais du président pour adresser un message à caractère collectif.

La place de France Culture n’a jamais autant progressé. Celle des « jeunes » dans l’auditoire augmente également.

Avenir (lointain ?) de la radio ? Radio à la demande, où chacun choisirait son propre programme, constitue une hypothèse possible. Ces notions sont en cours de réflexion au sein du service du numérique de RF, dirigé par Laurent Frisch.

Bruno Denaes donne des cours de journalisme. Il participe 1 fois par an à une réunion de concertation avec les 13 principales écoles de journalistes françaises. Il en profite pour rappeler quelques principes de base de la profession : vérifier ce qui se passe sur le terrain, ne pas se contenter de consulter le web ou la toile, veiller à acquérir des connaissances sérieuses sur les sujets traités, savoir poser des questions courtes, et … vigilance orthographique…

Le service documentation de RF n’est pas destiné au public. Il est réservé au personnel de RF et éventuellement à des spécialistes.

Nous avons chaleureusement remercié nos interlocuteurs pour la qualité de leur accueil ainsi que pour la richesse des échanges, après leur avoir remis les 3 derniers bulletins de l’AAFC (76, 77 et 78), et un bouquet de fleurs.

Le médiateur, M. Bruno Denaes, s’exprime régulièrement au micro de France Culture, 1 jeudi sur 2, de 13h20 à 13h30, à la fin de la Grande Table.

*Adresse : mediateur@radiofrance.com
Site : mediateur.radiofrance.fr/message/

Site réalisé avec SPIP par Demain, dès l'aube…